Du choc des premiers Mac

Uncategorized

Apple n’était que le fabricant du IIc décati branché à l’ancien téléviseur 36 cm monochrome de mes parents, par l’intermédiaire de l’adaptateur Péritel du Chat mauve. Et puis j’ai découvert l’iMac G3 Tangerine chez un ami dont les parents travaillaient pour une agence publicitaire parisienne. Quel choc ! L’informatique pouvait être colorée, graphique, amusante, voluptueuse même.

— Anthony Nelzin-Santos, métro[zen]dodo.

Certaines expériences sont si universelles que c’en est presque troublant. J’étais moi aussi chez un ami lorsque j’ai eu le coup de foudre : un iMac G4, sans aucun doute l’une des plus belles machines jamais conçues par Apple. « Quel choc » en effet ! Comparé aux boîtiers beiges que j’avais connus toute ma vie, cet ordinateur semblait débarquer tout droit d’une autre planète1.

Des années plus tard, alors que j’étais un étudiant jeune et naïf en quête de son premier ordinateur, la foudre m’a frappé une deuxième fois dans un endroit inattendu : la Fnac. Calé entre deux PC portables quelconques, un iBook G4 trônait glorieusement sur son rayon et rayonnait d’une blancheur insolente.

Il me le fallait absolument2.

Pourtant, si l’on m’avait demandé de justifier ma décision, je n’aurais pas pu quantifier la supériorité de cette machine. N’importe quel ordinateur aurait pu accomplir les mêmes tâches, mais je savais intuitivement que seul celui-là pourrait les accomplir différemment. La joie n’est ni quantifiable, ni rationnelle. Elle est aussi extrêmement précieuse.

J’ai toujours aimé l’informatique, et je me suis toujours intéressé aux ordinateurs, qu’ils soient beiges ou bleus turquoise. Mais c’est le Mac qui m’a fait comprendre qu’un ordinateur pouvait être plus qu’un simple outil : il pouvait être une vision.

  1. « Une planète avec de meilleurs designers », soulignait facétieusement Steve Jobs lors de sa présentation de l’iMac G3.
  2. Des semaines plus tard, alors que j’étais sur le point de cliquer « acheter », Apple a présenté ses nouveaux MacBook équipés de processeurs Intel quatre ou cinq fois plus rapides. J’étais à la fois triste et extrêmement heureux.